QU’EST-CE QUI SE PROPAGE PAR
VOTRE MOULANGE?

Il est possible que la peste porcine africaine (PPA) et d’autres maladies animales exotiques (MAE) soient transmises par les aliments pour animaux ou les ingrédients de ces aliments qui sont importés de pays où de telles maladies sont présentes.

Aussi bien les ingrédients d’aliments pour animaux contaminés que les emballages contaminés sont susceptibles de transporter des virus pathogènes.

L’entreposage des ingrédients d’aliments pour animaux avant leur utilisation peut compromettre la survie du virus.

Il y a quatre facteurs déterminants qui ont une incidence sur la durée de survie du virus : le temps et la température d’entreposage, l’ingrédient ainsi que les propriétés du virus. Une règle simple s'applique : plus la température est élevée, plus la durée de survie est courte.

Le temps de transport moyen des ingrédients d’aliments pour animaux de la Chine vers le Canada ou de l'Europe vers le Canada est de 30 à 40 jours. Et ce nombre de jours joue en notre faveur.

Temps d’entreposage recommandé avant l’utilisation d'un ingrédient ou d'aliments pour animaux :

20°C pendant 20 jours ou 10°C pendant 100 jours

Les recommandations suivantes permettent d’atténuer le risque de transmission virale par les ingrédients d’aliments pour animaux.

  1. Pays d’origine – choisir des ingrédients d’aliments provenant de sources régionales contribue à réduire le risque d’introduction d’une maladie animale d’origine étrangère.
  2. Sélection des fournisseurs – demander aux meuneries et aux fournisseurs d’ingrédients d’aliments pour animaux de privilégier, si possible, des sources venant de pays où il n’y a pas de maladie animale d’origine étrangère ou, au moins, qui sont conformes à une norme reconnue d’assurance de la qualité, comme ISO 22000 ou FAMI-QS.
  3. Meunerie – opter pour des meuneries qui adhèrent à un programme reconnu de biosécurité, qui détiennent l’attestation ProQualité de l’Association de nutrition animale du Canada et qui se conforment au Guide canadien sur la biosécurité.

Les travaux de recherche actuels révèlent que les ingrédients d’aliments pour animaux peuvent favoriser la survie du virus et servir de voies d'introduction des maladies dans les porcheries. Les connaissances sur la transmission virale par l'intermédiaire des aliments pour animaux sont encore relativement nouvelles et continueront d’évoluer. Cela dit, nous en savons suffisamment à ce jour pour formuler des recommandations générales.

EN BREF

  • Les aliments pour animaux sont l‘un des nombreux vecteurs possibles du virus.
  • L’exclusion d’ingrédients à risque élevé, notamment l’écorce de riz et le maïs en épis provenant de pays à haut risque comme la Chine, constitue à l’heure actuelle la meilleure façon de prévenir l’introduction de la PPA au Canada par les aliments pour animaux et les ingrédients de ces aliments.

Les contraintes actuelles liées à la chaîne d’approvisionnement peuvent faire en sorte que les éleveurs ne puissent pas totalement éviter les ingrédients de la Chine ou de l’Asie, ce qui n’est, par ailleurs, peut-être pas nécessaire s’il y a peu de risque que les ingrédients soient contaminés.

Voici ce que vous pouvez faire :

  • Parlez à vos fournisseurs.
  • Examinez votre biosécurité et améliorez-la.
  • Demeurez à l’affût de nouveaux résultats de recherche.

Les éleveurs de porcs doivent collaborer avec leurs fournisseurs d’aliments pour animaux pour réduire au minimum le risque de transmission virale par les ingrédients d’aliments pour animaux.

Matrice de décision du SHIC visant à réduire le risque de transmission virale par les ingrédients d’aliments pour animaux

La matrice de décision mise au point par le Centre d’information sur la santé porcine des États-Unis (SHIC) et les questions connexes peuvent aider les éleveurs à engager le dialogue sur l'innocuité des ingrédients avec leurs fournisseurs d'aliments pour animaux ou d'ingrédients de ces aliments.

 

Ingrédients d’aliments à faible risque

 

  • Acides aminés synthétiques à usage unique emballés individuellement

Ingrédients d’aliments à risque élevé

  • Écorce de riz et maïs en épis
  • Tourteau de soja conventionnel
  • Tourteau de soja biologique
  • Tourteau d’huile de soja
  • Drêche de distillerie avec solubles
  • Chlorhydrate de lysine
  • Chlorure de choline
  • Vitamine D

La présente information vise à éclairer la prise de décision pouvant entraîner une réduction du risque de transmission virale. Il ne peut, toutefois, pas garantir l'élimination complète du risque de transmission virale par ces voies possibles de transmission.